La migraine : Le professeur André Pradalier, chef du service de médecine interne IV, à l’hôpital Louis Mourier, à Colombes, précise dans son ouvrage passionnant sur le sujet intitulé « La migraine » aux éditions Odile Jacob:

… « Si l’origine de la migraine est encore obscure, on explique aujourd’hui de mieux en mieux le mécanisme qui la déclenche.

(…) La présence de prodromes (fatigue, extrême pâleur, bâillements…) quelques heures avant la crise, parfois vingt-quatre heures plus tôt, indique que déjà il se passe quelque chose au niveau du cerveau alors même qu’il n’y a encore aucune modification du calibre des vaisseaux ».

Les prodromes sont des symptômes qui précèdent une maladie, en l’occurrence des signes avant-coureurs qui annoncent la migraine.

« (…) Enfin, des études récentes, notamment celles du laboratoire Moskowitz aux Etats-Unis, ont montré qu’il existait également un système appelé « trigémino-vasculaire » qui relie les vaisseaux et le nerf trijumeau, cinquième nerf crânien et principal nerf responsable de la sensibilité de la tête.

(…) Si l’on compare la crise de migraine à un orage, on peut dire schématiquement qu’une étincelle, un facteur déclenchant, allume l’onde migraineuse. Comme un éclair, elle se déplace à la surface du cerveau puis dans ses structures plus profondes, ce qui entraîne la libération de nombreuses substances chimiques, dont la sérotonine, et des modifications du calibre des vaisseaux, qui se resserrent dans un premier temps pour se dilater ensuite. Ces modifications de calibre sont enregistrées par les fibres de la douleur présentes autour des vaisseaux et rapportées au système central enregistreur de la douleur.

C’est à ce moment-là que nous en prenons conscience. Au cours de l’orage, les centres du vomissement que notre organisme possède au niveau du tronc cérébral sont également touchés, d’où les nausées, les vomissements de la crise.

(…) Il reste beaucoup de chemin à parcourir avant de pouvoir répondre à toutes ces questions et force est de reconnaître que nous progressons par à-coups dans notre connaissance de la migraine. »

Retour au texte