Le bâillement

« Le bâillement est un cycle respiratoire paroxystique comportant, durant 5 à 10 secondes, des mouvements se succédant toujours dans la même chronologie (…):

- une inspiration ample, lente et très profonde avec la bouche largement ouverte (le larynx, chez l’homme, peut quadrupler son diamètre par rapport au repos), avec simultanément une ouverture du larynx avec abduction maximale des cordes vocales ; (…)

- un bref arrêt des flux ventilatoires à thorax plein, l’acmé, souvent associé à des mouvements d’étirement des membres et une occlusion des yeux;

- une expiration passive, bruyante, plus ou moins lente, accompagnée d’une relaxation de tous les muscles concernés.

La bouche se referme et le larynx reprend sa place initiale. Les humains font état d’une sensation de bien être qui se répand. (…)

Le tout peut s’accompagner de bruits d’intensité variable, modulables ou non par la volonté. (…). À ce moment, vont s’ouvrir les trompes d’Eustache, entraînant une brève baisse de l’audition (…).

Le bâillement n’est donc pas une simple ouverture de la bouche, mais un mouvement d’étirement musculaire généralisé des muscles respiratoires (diaphragme, intercostaux, scalènes) et des muscles de la face et du cou. Très curieusement, il associe une contraction simultanée de muscles antagonistes, tels les muscles masticateurs (fermeture de la bouche) et les muscles digastriques (ouverture de la bouche). (…) », Waluzinski et Deputte, 2002.

Retour au texte