tete

migraine-FROLR.com

Des infos, des bonnes adresses, des news, des tests et... la méthode FROL-R® !

MAL DE TÊTE: QUELQUES CONSEILS

Un journal des maux de tête

Il est essentiel de tenir un journal de ses maux de tête.
Il devra comporter certaines rubriques qui, une fois renseignées, vont vous permettront de connaître vos céphalées et d’informer précisément votre médecin.
Ce journal des maux de tête concerne essentiellement les migraines et les céphalées de tension.
Vous pouvez accéder à un Journal des maux de tête spécifique .


L’auto médication

C’est une pratique courante qui, pourtant, est à éviter.
En effet, un mal de tête n’est pas quelque chose d’anodin, surtout s’il est soudain et brutal. Il peut s’agir d’une céphalée secondaire, c'est-à-dire consécutive à un traumatisme ou à un dysfonctionnement interne soudain.
Demander l’avis de son médecin est la première chose à faire en cas de mal de tête inhabituel, de ce que l’on croit être une migraine.


Les manques ou les excès alimentaires

Être sous alimenté (volontairement, par la pratique de jeûnes mal conduits, ou involontairement par une organisation approximative ou en cas de pénurie) occasionne des carences qui peuvent, à leur tour, engendrer des céphalées.
Mais, se trouver en situation de surabondance, est aussi préjudiciable.
Si un aliment est consommé en trop grande quantité, ce sera au détriment des autres aliments. Il y aura donc carence des composants de ces aliments et il y aura encombrement, et donc élimination difficile, des composants de l’aliment incriminé.


Les déclencheurs

Quand il s’agit de céphalées primaires, et plus particulièrement de migraine et de céphalées de tension, il devient intéressant de rechercher les déclencheurs.
Ils peuvent être
. alimentaires : le chocolat, les bananes, le café...
. olfactifs : certaines odeurs, quelquefois insoupçonnables, peuvent, à elles seules, déclencher une migraine.
. hormonaux : en particulier à l’approche ou pendant les menstruations. C’est ce que l’on appelle la migraine cataméniale.
. l’alcool
. le stress : qu’il soit négatif, comme des contrariétés, une peur ou une colère, ce qui est facilement compréhensible ou, plus surprenant, positif. En effet une forte émotion, même si elle est agréable, peut déclencher une migraine.


La consommation de substances violentes

Elle peut, à elle seule, être à l’origine de maux de tête tenaces.


L’inactivité physique

Parce qu’elle bloque les échanges, l'inactivité physique favorise la survenue des céphalées.


Le manque ou l’excès de sommeil

Parce qu’ils vont à l’encontre du cycle naturel, ils perturbent, entre autres fonctionnements, l’élimination de déchets.
Or, certaines éliminations ne se font que pendant le sommeil. S’il est insuffisant, elles ne se feront pas ou pas assez.
Si le sommeil est trop abondant, une réaction analogue peut se produire. Par ailleurs, l’énergie peut aussi se trouver affectée par un trop long sommeil.
L’excès de sommeil est parfois à l’origine de la « migraine du week-end ».


Retour à la page d'accueil du site