tete

migraine-FROLR.com

Des infos, des bonnes adresses, des news, des tests et... la méthode FROL-R® !

LES MAUX DE TETE INFOS

La migraine de l'enfant mal connue des généralistes

17.11.2011


Les médecins généralistes ont une connaissance encore parcellaire de la migraine de l'enfant, ce qui entraîne notamment des examens complémentaires inutiles, montre une étude présentée au congrès de la Société française d'étude et de traitement de la douleur (SFETD) qui se tient cette semaine à Paris.

Bien que la migraine touche 5 à 10% des enfants, l'expérience quotidienne et des études publiées montrent des écarts entre les recommandations et la prise en charge proposée en médecine libérale alors que le médecin généraliste reste le premier consulté, indique l'équipe d'unité fonctionnelle d'analgésie pédiatrique de l'hôpital Trousseau à Paris (AP-HP) dans le résumé de leur poster.

Les chercheurs ont interrogé par téléphone 100 généralistes de régions rurales et urbaines pour identifier et comprendre leurs principales difficultés face à la migraine de l'enfant.

Les résultats indiquent que 89% des médecins ont exprimé au moins une difficulté, la principale résidant dans le diagnostic même de la migraine.

Ils sont 62% à méconnaître l'existence des critères IHS (International Headache Society) et la fréquence élevée de cette pathologie qui reste considérée comme un diagnostic d'élimination.

Concernant le diagnostic, aucun médecin n'a pu citer l'ensemble des critères et seulement 10 ont pu citer quatre items parmi les neuf.

En conséquence, 40% des médecins disent avoir recours de manière systématique à un bilan radiologique pour éliminer une tumeur cérébrale.

Pour le traitement, un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) n'est prescrit en première intention que par 40% des médecins, conformément aux recommandations, alors que les autres ne le citent qu'en cas d'échec du paracétamol.

L'autorisation de mise sur le marché (AMM) et le maniement des triptans sont très mal connus (12%), souvent considérés comme étant "réservés" aux spécialistes.

Un tiers des médecins citent des traitements de fond non médicamenteux mais avec peu d'utilisation en pratique.

Un peu plus de la moitié des généralistes interrogés (54%) ont suivi des sessions de formation médicale continue (FMC) sur la migraine dont 14% tout ou partie sur l'enfant.

Cette enquête montre que les médecins généralistes ont des connaissances sur la migraine de l'enfant qui restent parcellaires, ne leur permettant pas de poser avec assurance le diagnostic et induisant des demandes inutiles de bilans paracliniques et des avis spécialisés, commentent les chercheurs.

Ils relèvent pourtant que 57% des médecins interrogés considèrent que cette pathologie leur incombe pleinement sans recours au spécialiste.

Le contenu des formations, l'aide au diagnostic par une fiche simple de recueil de données, pourraient être des axes d'amélioration, proposent les chercheurs.


Source : ld/san/APM


Retour à la liste des articles

Retour à la page d'accueil du site