Foire Aux Questions

  1. Que faut-il faire absolument quand on a mal à la tête pour la première fois ?
  2. Pour la majorité d'entre nous, avoir mal à la tête est quelque chose d'anodin.
    Pourtant, on doit garder à l'esprit qu'une douleur est un signal qu'envoie le corps. Ne pas tenir compte de cet avertissement peut avoir des conséquences graves.
    Seul le médecin pourra apprécier la situation.
    Il faut donc consulter.



  3. Quelle différence y a-t-il entre « céphalées » et « maux de tête » ?
  4. Aucune. Les mots « céphalée », « céphalalgie », « maux de tête » ou « mal de tête » veulent dire la même chose.
    Ce sont des mots généraux qui englobent toutes les douleurs situées dans la boîte crânienne.
    Par exemple, la migraine, la céphalée de tension ou l'algie vasculaire de la face sont des catégories de maux de tête.



  5. Y a-t-il un organisme mondial qui traite du sujet des maux de tête ?
  6. L'IHS (International Headache Society), c'est-àdire l'Association Internationale des Céphalées, dont le siège est à New-York.
    Elle a défini la première classification internationale des céphalées en 1988. Cela a permis de normaliser le diagnostic, d'apporter une aide au médecin et d'harmoniser la recherche.



  7. Combien y a-t-il de céphalées différentes répertoriées officiellement ?
  8. L'IHS définit 194 céphalées différentes, réparties en 14 classes, elles-mêmes divisées en 2 grandes catégories:



  9. La migraine est-elle une maladie ?
  10. La migraine est une vraie maladie car elle génère un handicap.
    Pourtant, la migraine reste encore une maladie largement incomprise.
    L'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) classifie la migraine comme l'une des 20 premières causes d'invalidité dans le monde. Elle place la forte crise de migraine au même rang que la tétraplégie (paralysie des quatre membres).
    Par des soins adaptés, il est possible de ne plus en souffrir.



  11. Comment définir la douleur ?
  12. L'Association Internationale de l'Étude de la Douleur (1979) définit ainsi la douleur:
    « La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, associée à un dommage tissulaire présent ou potentiel, ou décrite en terme d'un tel dommage ».
    Une douleur ressentie, sans lésion apparente, est aussi légitime qu'une douleur physique.
    Donc une céphalée, bien qu'elle ne soit pas visible ni perceptible par un tiers, est aussi légitime qu'une fracture ouverte !



  13. Les femmes ont-elles plus de risque d'être ou de devenir migraineuses ?
  14. Les statistiques montrent que les femmes sont plus exposées que les hommes. Quand un homme souffre de migraine, trois femmes sont atteintes.



  15. Quel est le coût économique des céphalées, en France, par an ?
  16. Un milliard d'euros. Ce chiffre représente les coûts directs, c'est-à-dire, la consommation médicale. Il faut ajouter à cela les journées d'arrêt maladie et le manque de productivité des personnes subissant des maux de tête au travail.



  17. Comment savoir si c'est vraiment une migraine ?
  18. Le premier réflexe doit amener à consulter. Le médecin saura définir le mal de tête.
    Cependant, l'IHS a répertorié les symptômes caractéristiques de la migraine:
    A- avoir eu au moins 5 crises
    B- d'une durée de 4 à 72 heures sans traitement
    C- céphalées ayant au moins 2 des caractères suivants:

    D- au moins 1 des 2 signes:



  19. La médecine actuelle a-t-elle une vision claire des céphalées ?
  20. « Il faut être conscient qu'environ 90% des céphalées rencontrées sont "primaires", donc sans cause connue et donc sans anomalie contributive dans les examens complémentaires ». Conseil scientifique, domaine de la santé (Luxembourg), 13 juin 2007.
    Autrement dit, bien que la médecine ait fait de grands progrès ces dernières années, elle est encore parfois démunie face à ce fléau que sont les céphalées.



  21. Les enfants peuvent-ils être migraineux ?
  22. Les enfants, hélas, peuvent aussi être concernés. On estime que 5% des enfants souffrent de migraine.



  23. Quels sont les maux de tête que l'on peut éviter ?
  24. Ceux consécutifs à une consommation excessive d'aliments, de boissons alcooliques, de tabac, par exemple, car l'organisme peine alors à éliminer.
    Le foie filtre difficilement et le mal de tête est là !
    Bien souvent, éviter les excès permet de ne pas déclencher certaines céphalées.



  25. Quels sont les risques de l'automédication ?
  26. Il est vivement déconseillé de choisir seul ses médicaments.
    En prenant des remèdes inadaptés, ou trop forts ou trop faibles, le risque est grand... de n'avoir pas ou peu d'effets. Ce qui peut, a priori, sembler anodin.
    Pourtant, cela conduira à augmenter les doses et la fréquence des prises.
    La conséquence sera la « céphalée médicamenteuse ».
    C'est-à-dire qu'on obtiendra l'effet inverse à celui que l'on recherche. Non seulement les premiers maux de tête ne disparaîtront pas, mais on en « fabriquera » d'autres beaucoup plus douloureux.
    Il faudra bien alors consulter et entreprendre un traitement encore plus long et plus difficile.



  27. Combien de personnes souffrent de migraine en France ?
  28. Plus de 10 000 000 de personnes souffrent de migraine en France, soit 15% de la population.



  29. Qu'est-ce qu'une céphalée de tension ?
  30. Une céphalée de tension est un mal de tête qui appartient à la catégorie des céphalées primaires.
    À ce titre, elle n'est pas considérée comme une conséquence d'une autre affection.
    Elle est la plus fréquente des céphalées. Son origine est incertaine, mais une forme de tension mentale et/ou musculaire pourrait l'expliquer.
    Le stress est souvent incriminé. Des muscles contracturés ou des vertèbres cervicales malmenées sont souvent soupçonnés.
    La céphalée de tension se manifeste par une douleur vive qui peut se déclarer près de la nuque ou au sommet du crâne, mais le plus souvent, au niveau du front. On la nomme parfois la « céphalée en casque », avec l'impression d'un étau qui serre.
    On la dit non invalidante (les gens qui l'ont nommée ainsi ne doivent pas la subir !).



  31. Qu'est-ce que la migraine, quelle est son origine ?
  32. À ce jour, personne ne connaît la cause de la migraine.
    Un certain nombre d'hypothèses sont proposées, mais aucune n'a pu être formellement vérifiée.
    L'IHS classe la migraine dans la catégorie des céphalées primaires, c'est-à-dire des céphalées n'ayant pas de cause connue.



  33. Quelle différence y a-t-il entre « migraine » et « céphalée » ?
  34. Le mot « céphalée » englobe tous les maux de tête, y compris la migraine qui en est un parmi tous les autres.



  35. Qu'est-ce que l'algie vasculaire de la face ?
  36. L'algie vasculaire de la face (AVF) est une céphalée primaire.
    Son origine est mal définie.
    Elle se localise autour des yeux, d'un seul côté. La douleur est très intense, assez brève et survient plutôt la nuit.
    La douleur associée à l'AVF serait 100 fois supérieure à celle de la migraine. Certains spécialistes la comparent à celle qui serait provoquée par une amputation sans anesthésie.
    L'algie vasculaire de la face peut être épisodique et se manifester une à plusieurs fois par jour pendant un à trois mois.
    Elle peut être chronique et, dans ce cas, le malade n'a plus de répit.



  37. Y a-t-il plusieurs sortes de migraines ?
  38. Oui. La plus courante est la migraine sans aura. La grande majorité des migraineux souffrent de cette migraine.
    On rencontre aussi la migraine avec aura, la migraine chronique, la migraine rétinienne...



  39. Qu'est-ce qu'un traitement de fond ?
  40. Un traitement de fond est un traitement préventif. Il permet de diminuer la fréquence des attaques et parfois d'en réduire la violence. Pour l'établir, le médecin demande au patient de tenir un journal des maux de tête.
    Un traitement de fond médicamenteux peut être associé à une technique non médicamenteuse.



  41. Qu'est-ce qu'un céphalalgique ?
  42. Un céphalalgique est une personne qui souffre de céphalées, c'est-à-dire qu'elle sera qualifiée de la sorte quel que soit le mal de tête dont elle souffre, que ce soit une migraine, une céphalée de tension, une céphalée chronique quotidienne, etc.



  43. Qu'est-ce qu'une douleur pulsatile ?
  44. C'est une douleur qui se ressent sous forme de battements. Pour la migraine, elle se manifeste comme des coups réguliers qui cognent dans la boîte crânienne, au rythme des battements du coeur.



  45. Combien de temps peut durer une crise de céphalée de tension ?
  46. Une crise de céphalée de tension peut durer de 30 minutes à 7 jours.



  47. La migraine peut-elle avoir un effet sur l'humeur au quotidien ?
  48. Pendant la crise migraineuse, la douleur est si intense, d'autres désordres sont si dérangeants, qu'aucune communication n'est possible.
    De plus, entre les crises, s'installe l'angoisse de la prochaine douleur qui, inévitablement, va arriver.
    Alors, vivre dans le stress permanent de la douleur ou de la peur de la douleur, ne rend ni joyeux, ni serein.
    Il est donc possible d'affirmer que la migraine a un retentissement certain sur l'humeur.



  49. Un mal de tête peut-il avoir son origine dans les dents ?
  50. Une céphalée peut trouver son origine dans une affection dentaire. Le médecin oriente alors son patient vers le chirurgien-dentiste ou le stomatologiste.



  51. Combien de personnes sont atteintes de migraine à travers le monde ?
  52. 1 sur 6, soit près d'un milliard de personnes. Mais une personne sur deux souffre de maux de tête plus ou moins régulièrement.



  53. À partir de quand un traitement de fond est-il proposé ?
  54. Habituellement, un traitement de fond est proposé dès que le cap de trois crises par mois est atteint.



  55. Combien la Suisse concède-t-elle de journées de travail aux céphalées, par an?
  56. 2 200 000 !
    Il leur en coûte plus de 500 millions de francs suisses (sans compter les frais médicaux).



  57. La pilule peut-elle accroître la prédisposition aux migraines ?
  58. Probablement. On dénombre plus de migraineuses chez les femmes qui utilisent la contraception orale.
    La pilule peut induire la migraine.
    Elle peut aussi, dans certains cas, la réduire.
    Le mécanisme est mal connu. Mais on constate que la pilule est souvent associée à la migraine.



  59. Y a-t-il des céphalées permanentes ?
  60. Certaines céphalées peuvent être permanentes, chroniques, comme la céphalée chronique quotidienne (CCQ).
    La plus connue est la migraine.
    Il y a aussi la céphalée par abus médicamenteux qui, si elle est tenace, a le mérite de dévoiler ses origines.
    La céphalée de tension chronique (CTC), également, peut s'installer sans accorder le moindre répit.
    La vie du malade devient alors très pénible au quotidien.



  61. Combien de temps peut durer une crise de migraine ?
  62. Une crise de migraine dure généralement entre 4 heures et 72 heures.



  63. Les céphalées de tension peuvent-elles être présentes plusieurs années chez un même individu ?
  64. Les céphalées de tension apparaissent généralement à l'adolescence et peuvent accompagner un individu jusqu'à la fin de sa vie.



  65. Quelle peut être la fréquence des crises de migraine ?
  66. La fréquence des crises varie énormément d'un sujet à l'autre: certain migraineux aura une crise par an, un autre une crise tous les deux jours.
    Le plus souvent, elle se situe entre une et quatre crises par mois et dure moins de 24 heures en général. Des périodes de crises fréquentes alternent parfois avec des périodes calmes de plusieurs mois.



  67. Existe-t-il des moyens non médicamenteux pour traiter les céphalées ?
  68. La relaxation, l'acupuncture, l'autohypnose, par exemple, ou certaines techniques les associant peuvent apporter un soulagement notable et, parfois, les font totalement disparaître.



  69. La migraine peut-elle provoquer des troubles digestifs ?
  70. Les nausées font partie des signes accompagnateurs de la crise de migraine. Elles en sont indissociables pour la moitié des migraineux. Pour 1/3 d'entre eux, les vomissements s'ajoutent aux migraines.
    Il est alors très difficile d'absorber le moindre traitement, pas même de l'eau.



  71. Les céphalées peuvent-elles prédisposer à d'autres maladies ?
  72. Oui, la dépression, par exemple, est trois fois plus fréquente chez les personnes souffrant de céphalées chroniques.
    Les céphalées fréquentes affaiblissent le malade qui, de ce fait, se trouve globalement plus exposé à un plus grand nombre de maladies.



  73. Combien de journées de travail sont-elles perdues, en France, par incapacité des migraineux à assurer leur tâche ?
  74. 20 millions !



  75. Les bébés peuvent-ils avoir des maux de tête ?
  76. Les nourrissons eux-mêmes peuvent connaître des crises de céphalées.



  77. Comment est née l'IHS ?
  78. L'IHS (International Headache Society: Association Internationale des Céphalées) est issue de la volonté d'un groupe d'éminents chercheurs internationaux.
    L'objectif de cette initiative était de définir clairement les différents types de céphalées et d'en harmoniser la perception médicale.
    De cette rencontre est née la classification internationale des céphalées, établie en 1988 et modifiée en 2004. Elle permet une approche et un langage commun et contribue à classifier les fruits de la recherche.
    Elle est la référence mondiale en la matière.



  79. La migraine est-elle héréditaire ?
  80. Bien que l'IHS ne retienne pas l'aspect héréditaire des migraines, certains spécialistes le constatent.
    On trouve, dans certaines familles, des migraineux sur plusieurs générations.



  81. Comment savoir si l'on souffre de céphalée de tension ?
  82. Le premier réflexe doit amener à consulter. Le médecin saura définir la nature du mal de tête.
    Cependant, l'IHS a répertorié les symptômes caractéristiques de la céphalée de tension:
    - fréquence: 10 épisodes de 30 minutes à 7 jours
    - caractéristiques:



  83. Pourquoi chez certaines personnes, les migraines se déclarent-elles systématiquement le week-end ?
  84. Certaines personnes sont sujettes à ce qu'on appelle communément la « migraine du weekend ».
    Elle peut survenir pour différentes raisons:



  85. Les saisons jouent-elles un rôle dans l'apparition des céphalées ?
  86. On sait maintenant que les crises sont plus probables et plus fréquentes en automne et en hiver.



  87. Un mal de tête brutal et inhabituel est-il inquiétant ?
  88. Une douleur dans la tête, violente et inhabituelle, sans raison apparente, doit systématiquement faire craindre une situation grave.
    Le SAMU ou les pompiers doivent être appelés dans l'urgence pour une éventuelle hospitalisation immédiate.



  89. Qu'est-ce qu'une migraine avec aura ?
  90. On désigne, par ce mot, des dérangements de certains sens.
    Les plus courants sont des troubles visuels comme des mouches lumineuses ou des perceptions anormales de couleurs ou encore des hallucinations optiques.
    Ces troubles visuels peuvent apparaître les yeux ouverts ou fermés.
    Des auras sensitives (fourmillements, picotements, engourdissements) ou motrices (les gestes perdent de leur assurance) peuvent suivre l'aura visuelle.
    Les auras durent moins d'une heure et précèdent la douleur.



  91. L'algie vasculaire de la face est-elle une maladie répandue ?
  92. L'AVF est une maladie considérée comme assez rare. Les chiffres, mieux connus en Europe et aux USA, sont de 1 à 4 pour 1000.
    Pourtant, il semblerait que l'AVF soit moins présente en se rapprochant de l'Équateur. Certains chercheurs pensent que le manque de luminosité pourrait être impliqué dans cette affection.



  93. Que sont les « TRIPTANS » ?
  94. Les triptans sont des médicaments de génération récente utilisés pour la migraine.
    Ils ne peuvent être fournis que sur prescription médicale.
    Ils sont considérés comme parmi les plus efficaces des traitements médicamenteux.
    Pourtant, ils ont comme inconvénient de demander plusieurs essais de « réglage » qui peuvent nécessiter des semaines ou, parfois, des mois.
    Par ailleurs, leurs effets secondaires sont à prendre en considération.



  95. Quelle est la proportion de la population canadienne qui souffre de maux de tête ?
  96. 50%.



  97. Quelle est la céphalée qui touche le plus grand nombre ?
  98. Incontestablement, la céphalée de tension est la plus répandue. Elle représente, à elle seule, 80% des céphalées.



  99. La ménopause a-t-elle une incidence sur la migraine ?
  100. Pour une non migraineuse, le risque de devenir migraineuse décroît à l'approche de la ménopause.
    Mais pour une migraineuse, le passage de la ménopause peut aggraver l'intensité des crises de migraines.



  101. Quelles sont les différentes classes de céphalées ?
  102. Les 194 céphalées différenciées sont regroupées en 14 grandes classes:
    I. Les céphalées primaires:
    1) Migraines
    2) Céphalées de tension
    3) Algie vasculaire de la face et autres céphalalgies autonomes du trijumeau
    4) Autres céphalées primaires

    II. Les céphalées secondaires: céphalées attribuées à (un ou une)
    5) Traumatisme crânien et/ou cervical
    6) Affection vasculaire crânienne ou cervicale
    7) Affection intracrânienne non vasculaire
    8) Prise ou retrait d'une substance
    9) Infection
    10) Anomalie de l'homéostasie
    11) Anomalie du crâne, du cou, des yeux, des oreilles, du nez, des sinus, des dents, de la bouche, ou d'autres structures faciales ou crâniennes
    12) Affection psychiatrique
    13) Névralgies crâniennes et causes centrales de douleurs faciales
    14) Autres céphalées, névralgies crâniennes, douleurs faciales centrales ou primaires

    Pour la première fois est formulée une « définition claire, universellement valable des différents types de céphalées ».
    Une deuxième classification a été établie en 2004.



  103. La grossesse joue-t-elle un rôle dans les migraines ?
  104. Il a été constaté que de nombreuses migraineuses connaissent une période de répit pendant la grossesse.
    C'est peut-être un cadeau de la nature offert à la maman pour l'aider dans cette grande tâche.



  105. Comment est définie la santé par l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé)?
  106. La santé est définie par l'OMS comme un « état de complet bien-être physique, mental et social et ne consistant pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité ».



  107. Quelle est la proportion d'absentéisme dû aux maux de tête ?
  108. En moyenne, sur 5 jours d'absence, 1 est dû aux céphalées.



  109. Qu'appelle-t-on « facteurs déclencheurs de la migraine » ?
  110. Les facteurs déclencheurs sont des évènements qui conduisent à la crise de migraine.
    Il n'est pas très simple de les identifier.
    Il est pourtant indispensable de le faire pour tenter d'éviter la survenue de la crise ou mieux la gérer.
    Il est pour cela conseillé de tenir un journal des maux de tête qui permettra de bien connaître l'historique de ses céphalées.



  111. Quelle est la proportion de céphalées primaires par rapport aux céphalées secondaires ?
  112. Les céphalées primaires (migraines, céphalées de tension...) représentent 90% de l'ensemble des céphalées et les céphalées secondaires (céphalées attribuées à une cause) 10%.



  113. Dans quels cas la lumière est-elle une gêne ?
  114. La lumière devient une gêne dans le cas de la migraine, avec ou sans aura, dans la presque totalité des cas.
    Le migraineux en état de crise se réfugie dans une pièce obscure.
    Il ne sera pas soulagé pour autant de sa douleur, mais il ne subira plus cette autre agression qu'est la lumière à ce moment.
    Les yeux devenus particulièrement sensibles, seule l'obscurité peut apporter un peu d'apaisement.



  115. La céphalée de tension a-t-elle un rapport direct avec la tension artérielle ?
  116. La céphalée de tension est un mal de tête qui a longtemps été considéré comme d'origine musculaire alors que la tension artérielle correspond à la pression du sang dans les artères.
    D'autres hypothèses penchent pour des problèmes musculo-squelettiques cervicaux ou encore énergétiques.



  117. Quand peut-on dire que l'on souffre de céphalées de tension chroniques (CTC) ?
  118. Les céphalées de tension sont qualifiées de chroniques quand la douleur est forte, qu'elle est quotidienne et qu'elle dure plus de 4 heures par jour.



  119. D'où vient le mot « Migraine » ?
  120. Le mot « Migraine » vient du Grec. Il est composé de deux mots: « hémi », à demi et « kranion », crâne. Ce qui signifie: hémicrânie, demi-crâne.
    Le mot « Migraine » commence à apparaître dans la littérature médicale au XVIIIe siècle.
    Il évoque donc cette douleur caractéristique bien connue des migraineux qui se situe dans une moitié du crâne.



  121. Les cures thermales peuvent-elles soulager les personnes souffrant de céphalées ?
  122. Certains malades ont témoigné d'une nette amélioration dans la fréquence et l'intensité des crises céphaliques par l'usage des bains thermaux.



  123. Y a-t-il des organismes spécialisés dans le traitement de la migraine ?
  124. Aux USA, au Canada, en Europe, il existe des centres de la douleur, des centres antimigraineux qui proposent des consultations spécialisées.
    Avant d'accéder à ces centres, il est préférable de consulter son médecin traitant qui saura orienter plus justement son patient.



  125. Qu'est-ce que l'automédication ?
  126. L'automédication est le fait qu'un individu consomme un médicament qui ne lui a pas été prescrit par un médecin.
    Bien que cette pratique soit assez répandue, elle présente certains risques.
    En effet, pour décider de la prise de médicaments, une démarche spécifique doit être suivie:


    Le médecin est donc le mieux placé pour décider du traitement.
    D'autant plus que l'absorption de médicaments non appropriés peut être non seulement inefficace, mais encore avoir des effets indésirables.
    Un autre risque à la prise inconsidérée de médicaments est de déclencher une addiction avec des conséquences très graves.



  127. Quelle est la répercussion économique des céphalées supportée par les employeurs américains ?
  128. Il en coûte 13 milliards de dollars par an aux employeurs américains et 1 milliard de dollars en frais médicaux.



  129. Quel est le pays qui détient actuellement le plus fort taux de migraineux connu ?
  130. La Turquie, avec 10% des hommes atteints par la migraine et 22% des femmes, détient le triste record du taux de migraineux le plus élevé.



  131. Y a-t-il un âge plus propice aux céphalées de tension ?
  132. Les céphalées de tension apparaissent plus généralement après l'adolescence et touchent plus souvent les adultes entre 25 et 50 ans.



  133. Quels sont les facteurs déclencheurs de la migraine ?
  134. Les facteurs déclencheurs varient d'un malade à l'autre.
    Mais pour chacun des malades, le facteur déclencheur est toujours le même.
    On trouve le chocolat, le café (qui peut parfois avoir un effet inverse et, au contraire, calmer une crise naissante), l'alcool, le stress, les règles, le manque de sommeil, les oeufs, l'anxiété, la grasse matinée, etc.



  135. Combien de personnes souffrent de maux de tête ?
  136. Plus des 2/3 de la population souffrent de céphalées diverses plus ou moins sévères, soit... plus de 43 000 000 en France !



  137. Qu'est-ce que sont les effets secondaires d'un médicament ?
  138. Les effets secondaires d'un médicament sont des conséquences qui surviennent parallèlement ou dans un deuxième temps et qui ne sont pas celles que l'on recherche initialement.
    Quand ces effets sont gênants, ils sont appelés « effets indésirables ».



  139. Le bruit peut-il apporter une gêne au migraineux ?
  140. Le moindre bruit est considérablement amplifié pendant la crise. Il devient alors une nouvelle source de douleur.
    La douleur de la migraine, pulsatile, est intense pendant la crise.
    Le malade devient hypersensible.
    Le moindre bruit devient source de douleur, laquelle va se surajouter à celle de la céphalée.
    Cela amène le malade à fuir le moindre bruit et à s'enfermer dans un environnement aussi silencieux que possible.



  141. Les rapports sexuels peuvent-ils être à l'origine de maux de tête ?
  142. Environ 1% de la population connaît au moins une fois la céphalée orgasmique.
    Cette affection concerne 3 hommes pour 1 femme.
    Au moment de l'orgasme, une douleur très violente à la tête est ressentie.
    Sans en connaître l'origine, le Dr Frese (neurologue allemand) soupçonne le flux sanguin trop important à ce moment.
    Généralement, après deux ou trois épisodes de ce type, la céphalée orgasmique disparaît spontanément.



  143. Si l'on excepte la Turquie, comment se situent les autres pays dans le monde à propos de la migraine ?
  144. Toutes les études réalisées, particulièrement dans les pays industrialisés, font apparaître une répartition approximativement semblable des cas de migraine.
    L'Europe du Sud ou du Nord, de l'Est ou de l'Ouest, le Canada, les USA, constatent un taux de migraine équivalent.
    Seule l'Asie semble présenter un taux de migraineux sensiblement inférieur avec 3% des hommes et 10% des femmes.



  145. Les CCQ (Céphalées Chroniques Quotidiennes) ont-elles une grande incidence sur la société ?
  146. Les CCQ commencent par des migraines ou des céphalées de tension épisodiques qui évoluent ensuite vers des céphalées chroniques.
    En France, cela représente près de 1 500 000 personnes qui subissent une maladie invalidante, en moyenne plus de 4 heures par jour, plus d'un jour sur deux, pendant au moins 3 mois au cours de l'année.
    Une crise peut durer plusieurs jours consécutifs.
    Outre le fait que cette maladie est très difficile à supporter par ceux qui en sont atteints, la société se voit privée d'une grande force de travail.



  147. La céphalée de tension est-elle également répartie entre les hommes et les femmes à travers le monde ?
  148. Les pays non industrialisés ne fournissent pas d'études sur l'étendue des céphalées de tension. Les efforts y sont concentrés en priorité sur les maladies contagieuses.
    Dans les pays industrialisés, 66% des hommes et 80% des femmes souffrent, à des degrés divers, de céphalées de tension.



  149. Y a-t-il des signes qui annoncent la crise migraineuse ?
  150. Oui, généralement. Ces signes annonciateurs s'appellent les prodromes.
    Ils n'apparaissent pas systématiquement pour tout le monde et varient selon les individus.
    Dans le cas de la migraine, les plus courants sont: une grande fatigue, de l'insomnie ou au contraire de la somnolence, une grande irritabilité, des sautes d'humeur, des nausées, le hoquet, des vertiges, des bâillements à répétition... Il peut y en avoir bien d'autres.
    Chaque migraineux devra déceler ceux qui lui sont propres. Il pourra ainsi prévenir la crise et prendre ses dispositions.
    Les prodromes, qui se manifestent habituellement dans les 24 heures qui précèdent la crise, disparaissent dès que la douleur apparaît.



  151. Les consultations chez le neurologue ayant pour motif les maux de tête sont-elles nombreuses par rapport à l'ensemble de ses consultations ?
  152. Le neurologue, médecin le plus qualifié avec les médecins des centres antimigraineux, reçoit en moyenne 30% de ses patients pour motif de céphalées.



  153. Est-ce que le médecin peut quelque chose pour le migraineux ?
  154. Le médecin, généraliste ou spécialiste, sera d'un grand secours pour alléger la souffrance ou pour trouver le meilleur moyen pour y parvenir.
    D'autre part, il peut apporter un bienfait important : son écoute qui, trop souvent, fait défaut dans l'entourage du migraineux.
    La reconnaissance est aussi l'une des demandes du migraineux.



  155. L'algie vasculaire de la face affecte-t-elle une tranche d'âge en particulier ?
  156. Les premières crises apparaissent entre 10 et 30 ans chez deux tiers des patients.
    Mais des cas extrêmes, au-delà de 73 ans, ont été observés.



  157. Qu'est-ce que la posologie ?
  158. La posologie est le dosage du médicament à prendre et la fréquence à laquelle il doit être pris. La posologie moyenne est toujours indiquée sur la notice qui accompagne tout médicament.
    Mais le médecin peut l'adapter au cas particulier de chaque patient.



  159. Que devient une crise de migraine en l'absence totale de traitement ?
  160. Une crise de migraine s'estompe avec le temps et prend fin d'elle-même.
    C'est sans doute la raison pour laquelle l'entourage et certains professionnels de la santé ne prennent pas toujours la juste mesure de la migraine.
    Pourtant, le plus souvent, la migraine reviendra.



  161. Les règles favorisent-elles la survenue des maux de tête ?
  162. Les règles sont une période propice aux céphalées pour 1 femme sur 4.
    Ce mal de tête très particulier s'appelle la migraine menstruelle ou cataméniale.
    Il semblerait que la perte d'hormones consécutive aux règles déclenche la crise qui peut alors durer 48 heures.



  163. Les personnes obèses sont-elles plus sujettes à la migraine ?
  164. La migraine frappe sans discernement les personnes obèses, maigres et les autres.



  165. Quel type de céphalées est le plus répandu: migraine, céphalée de tension, algie vasculaire de la face ?
  166. La céphalée de tension est la plus répandue. Elle touche 70% de la population adulte.



  167. Les aliments peuvent-ils être la cause des maux de tête ?
  168. Il n'a pas été démontré, jusqu'à présent, qu'un aliment puisse être à l'origine des maux de tête. En revanche, certains aliments, différents selon les individus, peuvent déclencher une crise de céphalées. Il peut s'agir du chocolat, du café, de l'orange, des viandes faisandées, des fruits de mer, des produits laitiers, etc.
    Un aliment peut être « déclencheur » un jour, et ne pas l'être un autre jour. Il est fortement recommandé de tenir un journal des maux de tête dans lequel seront mentionnés - entre autres éléments - tous les aliments consommés dans les minutes ou les heures précédant la crise. Chacun devra faire son enquête pour déterminer si un ou plusieurs aliments sont « déclencheurs » et les identifier.



  169. Qu'est-ce que l'addiction ?
  170. Le mot « addiction » vient de l'anglais et pourrait être remplacé par « dépendance ». Les personnes souffrant d'addiction subissent une envie constante et incontrôlable d'un produit ou d'une conduite.
    Les addictions les plus connues sont celles qui sont liées à l'alcool, à la drogue, au tabac ou encore au jeu.
    Mais il en est une, plus sournoise et tout aussi dangereuse, qui est l'addiction à certains médicaments.



  171. Pourquoi les personnes atteintes de céphalée de tension chronique ne sont-elles généralement pas considérées comme des malades à part entière ?
  172. La CTC est classée par l'IHS comme une céphalée primaire.
    À ce titre, elle n'a pas d'origine connue.
    Par ailleurs, aucun symptôme n'est apparent, les analyses médicales ne décèlent rien d'anormal, les examens par imagerie médicale ne révèlent rien de particulier non plus.
    De plus, le malade, pendant la crise et malgré la douleur intense, reste parfaitement lucide.
    Il apparaît donc pour l'entourage - et dans certains cas, pour le médecin également - que le mal n'est pas si important que veut bien l'affirmer le patient.
    À la souffrance et à l'invalidité s'ajoute la frustration. Frustration d'être soupçonné d'exagération ou pire encore de simulation.
    Frustration de ne pas être tout simplement reconnu comme un indiscutable malade !



  173. La migraine peut-elle persister pendant plusieurs années ?
  174. Certains témoignages attestent de migraines apparues après la puberté et qui ont duré jusqu'à un âge avancé.
    Certaines migraines « vivent » presque autant que leur hôte.



  175. Y a-t-il un risque d'accoutumance à prendre un traitement plus de deux fois par semaine ?
  176. En effet, une prise régulière et rapprochée, non contrôlée par le médecin, de médicaments spécifiques comme les antalgiques, les dérivés d'ergot de seigle, les anti-inflammatoires, les triptans, peut en atténuer les effets, ou pire, déclencher des maux de tête.



  177. Est-il possible d'évaluer l'intensité de la douleur ?
  178. Il est nécessaire, tant pour le malade que pour le médecin, de connaître aussi précisément que possible l'intensité, la fréquence et la nature de la douleur au moment de la crise.
    Plusieurs échelles d'évaluation ont été mises au point visant à apprécier le degré d'incapacité, la sévérité de la crise et son impact sur la qualité de vie.
    Une échelle de 1 à 10 permet de déterminer assez précisément l'intensité de la crise.
    Pour les très jeunes enfants, l'utilisation d'échelles adaptées à l'âge de l'enfant, le plus souvent illustrées, permet au praticien de bien appréhender la situation.
    Il pourra, ainsi, adapter son traitement pour tenter de soulager au mieux son patient.



  179. Quelle est la tranche d'âge la plus touchée par la migraine ?
  180. La migraine affecte un plus grand nombre de personnes entre 25 et 45 ans.
    26% des femmes de 30 à 39 ans, soit plus d'une sur 4, souffrent de migraines.



  181. Les femmes sont-elles, comme pour les migraines, plus souvent affectées par les céphalées de tension que les hommes ?
  182. La proportion est moins forte que pour les migraines, mais les femmes restent majoritaires à raison de 3 femmes pour 2 hommes.



  183. Les petits Luxembourgeois échappent-ils au phénomène de la migraine ?
  184. Hélas, les luxembourgeois dénombrent 10% de leurs écoliers qui se plaignent de migraine.



  185. Que peut faire l'entourage d'une personne souffrant de maux de tête pour l'aider ?
  186. La première chose que peut faire l'entourage du céphalalgique pour l'aider est de le croire. Le céphalalgique a besoin que l'on reconnaisse sa souffrance.
    Parce que rien n'est visible, parce que la douleur disparaîtra avec ou sans traitement, parce que le céphalalgique retrouvera une vie « normale » après la crise, l'entourage n'apporte généralement pas assez de considération à cette maladie et donc au malade.
    Le céphalalgique a aussi besoin de compassion, comme toute personne qui se trouve confrontée à la souffrance d'une blessure ou d'une maladie moins discrète.
    Enfin, le céphalalgique doit être entouré d'attentions, particulièrement pendant la crise. Pour ne pas aggraver la douleur, l'entourage doit aider le céphalalgique à trouver le silence, l'obscurité, le calme.
    Le céphalalgique pourra alors se consacrer à sa souffrance.



  187. Le fait de passer plusieurs heures par jour devant un écran d'ordinateur peut-il provoquer une céphalée ?
  188. Rester plusieurs heures devant son ordinateur peut favoriser la survenue de céphalées de tension.
    La position quasi immobile à l'exception des avant-bras et des mains peut amorcer des contractures des muscles des épaules, de la nuque et de la tête.
    Les yeux, rivés sur l'écran, contraignent leurs propres muscles à se tendre de plus en plus au cours des heures qui s'écoulent.
    Il est recommandé de faire des pauses régulières et de pratiquer des exercices appropriés.



  189. Les migraineux ont-ils le sentiment d'être entendus et compris ?
  190. Un migraineux sur deux a le sentiment de ne pas être compris par son médecin et un sur trois pense que personne ne peut l'aider.



  191. Y a-t-il des associations qui regroupent des personnes souffrant de céphalées?
  192. Il existe des associations « spécialisées » en CTC, migraines, AVF, qui réunissent et diffusent des informations utiles et apportent un soutien psychologique et technique précieux.



  193. Quel est le marché des médicaments spécifiques à la migraine ?
  194. Le marché mondial de la prescription de médicaments contre la migraine se chiffrait à 1,5 milliards de dollars en 2005. Le marché atteint 2,5 milliards en 2008.



  195. Combien avons-nous de muscles du cou et de la tête ?
  196. Pas moins de 170 muscles sont nécessaires pour animer harmonieusement la tête et le cou.
    Plusieurs d'entre eux sont souvent impliqués dans les maux de tête.



  197. La personne migraineuse a-t-elle une personnalité qui se prête à cette maladie?
  198. Il est assez fréquent d'entendre que la personne migraineuse est fondamentalement une personne minutieuse, organisée, consciencieuse.
    En réalité, tout profil psychologique est susceptible de rencontrer un jour la migraine.
    À partir de cet instant, la personne migraineuse devient très fragile pendant une crise. À la douleur, s'ajoute la sensibilité au bruit et à la lumière et le moindre effort physique augmente la souffrance.
    C'est donc l'état de migraineux qui fait qu'une personne devient alors plus minutieuse, organisée, plus prudente aussi.



  199. Une céphalée de tension peut-elle se manifester sans discontinuer ?
  200. Les céphalées de tension peuvent être chroniques. Dans ce cas, on les qualifie aussi de quotidiennes ou de permanentes.
    Les CTC (céphalées de tension chroniques) sont plus rares que les céphalées de tension épisodiques.
    Elles concernent 2% de la population adulte active, ce qui représente tout de même, pour la France, par exemple, plus de 1 300 000 personnes.



  201. La migraine est-elle contagieuse ?
  202. Non. Cette réponse catégorique est une des rares qu'il soit possible de faire à propos de la migraine.



  203. Quel est le coût des céphalées supporté par le Québec ?
  204. Le Québec évalue à 500 millions de dollars par an la perte causée par les céphalées et seulement pour ce qui concerne la perte de travail.



  205. Peut-on devenir migraineux du jour au lendemain ?
  206. La migraine, dont on ne connaît pas l'origine, apparaît spontanément, sans préavis et sans que l'on connaisse vraiment les raisons de sa survenue. Elle peut se déclarer à tout moment de la vie.
    En effet, de très jeunes enfants deviennent migraineux ainsi que des adultes, hommes ou femmes ou encore des personnes âgées.



  207. L'algie vasculaire de la face atteint-elle indifféremment les hommes ou les femmes ?
  208. À l'inverse de la migraine, l'AVF est une pathologie plutôt masculine.
    Quand 1 femme est atteinte, 3 hommes le sont.



  209. Existe-t-il un organisme qui s'occupe particulièrement des enfants migraineux?
  210. L'hôpital Armand Trousseau, à Paris, dispose d'un centre antimigraineux spécialisé pour les enfants.



  211. Les céphalées sont-elles des maladies récentes ?
  212. Les maux de tête font souffrir les humains probablement depuis la nuit des temps.
    Les plus anciens témoignages ont plus de 5000 ans. Les Sumériens se plaignaient déjà de migraines. Les médecins des pharaons cherchaient des solutions et les Incas pratiquaient la trépanation pour «faire sortir le mal».



  213. Quelle incidence a la migraine sur l'activité professionnelle ou scolaire au Royaume-Uni ?
  214. La migraine y est responsable de 25 millions de journées de travail ou de scolarité perdues par an.



  215. Quelles sont les conséquences des CCQ (Céphalées Chroniques Quotidiennes) sur la vie des personnes qui en sont atteintes ?
  216. Les CCQ sont parmi les plus incapacitantes des céphalées. Elles provoquent une douleur lourde et quasi continue.
    Les personnes atteintes de CCQ voient leur vie sociale et familiale très perturbée par la permanence de la douleur.
    Les CCQ peuvent être la cause de divorce, entraîner le chômage, être parfois à l'origine de gestes extrêmes de la part de malades ne supportant plus cette souffrance permanente.



  217. Une même personne peut-elle être atteinte de migraine et de céphalée de tension ?
  218. Une même personne peut souffrir de ces deux céphalées.
    Plus souvent, cela débute par une céphalée de tension qui déclenche une crise migraineuse.



  219. La consommation de médicaments porte-t-elle préjudice à l'environnement ?
  220. La consommation de médicaments, quelle que soit l'affection, porte atteinte à l'environnement.
    En effet, seule une infime partie du médicament ingérée reste dans le corps.
    La plus grande partie est rejetée dans les urines et les selles.
    « Plusieurs milliers de tonnes de substances pharmaceutiques à usage humain ou vétérinaire sont utilisées chaque année dans le monde » (La revue Prescrire, 15 juin 2007).
    Ces déchets toxiques et embarrassants devront être filtrés dans les stations d'épuration. Malgré ce filtrage, de nombreuses molécules médicamenteuses se retrouvent dans l'eau des rivières avec des conséquences fâcheuses sur les poissons et les plantes... que nous consommons par la suite !
    Mais seule une partie de ces déchets suivra ce circuit. Les autres finiront par se retrouver dans l'eau des nappes phréatiques... que nous boirons !



  221. Peut-on soupçonner quelqu'un de simuler des céphalées ?
  222. Dans la quasi-totalité des cas, il est illusoire de croire que quelqu'un simule.
    Croire cela, c'est admettre qu'une personne en pleine santé fasse semblant de souffrir, de manière répétitive, pendant des heures ou des jours entiers, jusqu'à, peut-être, finir par souffrir à force de le dire.
    On pourrait mettre en doute sa santé mentale.
    C'est donc peu vraisemblable.
    Ce genre de soupçons pourrait alors se porter sur des personnes réellement céphalalgiques qui donc simuleraient au cours du temps de répit qui leur reste.
    Un céphalalgique voit sa vie suffisamment encombrée et parfois dévastée par les maux de tête pour ne pas avoir l'idée de se créer de fausses céphalées.
    Un céphalalgique apprécie plus que tout autre les instants sans douleur. Il n'ira pas les polluer par des évocations de douleur.



  223. La migraine est-elle une maladie psychologique ?
  224. La migraine n'est pas une maladie psychologique.
    En revanche, elle peut déclencher des problèmes psychologiques qui peuvent avoir de lourdes conséquences.



  225. Quand peut-on dire qu'une céphalée de tension épisodique (CTE) est devenue une céphalée de tension chronique (CTC) ?
  226. La CTC est définie par un nombre de jours de céphalées supérieur ou égal à 15 par mois durant 6 mois. Il arrive parfois que la CTC apparaisse d'emblée, envahissant une personne qui n'avait jusque-là jamais subi de céphalée de tension épisodique.



  227. Y a-t-il un espoir pour le céphalalgique qui a tout essayé en vain pour lutter contre les céphalées de tension et les migraines ?
  228. Tant de personnes souffrent de ces affections que de nombreux chercheurs se mobilisent.
    L'humanité évolue et chaque jour amène son lot de solutions.
    Et chacun doit se prendre en charge.
    Avez-vous fait le test ou le quiz qui se trouvent sur la page d'accueil du site ?



Le contenu de ce site vous a plu ?
Vous pouvez le recommander et le partager



Retour aux questions de la FAQ

Retour à la page d'accueil



Mentions légales